Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La Côte d’Ivoire

Présentation

La Côte d’Ivoire est située en Afrique occidentale. Elle s’étend sur une superficie de 322 462 Km2, soit 1 % du continent africain. Elle est limitée au sud par l’Océan Atlantique, à l’est par le Ghana, au nord par le Burkina Faso et le Mali, et à l’ouest par la Guinée et le Libéria. La Côte d’Ivoire compte une soixantaine d’ethnies réparties en quatre grands groupes : les Gur, les Mandé, les Gwa (les Akans) et les Krou.

La Côte d’Ivoire bénéficie d’un climat, généralement chaud et humide, qui constitue dès lors une transition entre l’équatorial et le tropical. Le capital social et culturel est dense et diversifié. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, les modes de vie, les coutumes et les traditions, les habitudes culinaires et vestimentaires varient.

Le réseau hydrographique ivoirien est constitué par quatre grands bassins (Comoé, Bandama, Sassandra, Cavally), d’une dizaine de petits bassins côtiers (Tano, Bia, Mé, Boubo, Agnéby, Niouniourou, San Pedro, Néro, Méné, Tabou) et des sous-bassins du Niger (la Bagoé et le Baoulé).

  • La langue officielle : le français
  • La  monnaie utilisée : le Franc CFA Ouest Africain (XOF).
  • La capitale administrative : Yamoussoukro
  • La capitale économique: Abidjan
  • Le fuseau horaire: GMT (GMT + 0)

Diversité touristique

La Côte d’Ivoire possède un énorme potentiel touristique. Compte tenu de ses richesses naturelles et culturelles, elle est en mesure de satisfaire une clientèle touristique à la recherche permanente de produits touristiques nouveaux.

L’offre touristique ivoirienne s’organise autour d’une gamme variée de formes de tourisme, à savoir :

  • le tourisme balnéaire : la Côte d’Ivoire dispose de plus de 500 km de littoral. Certaines zones du littoral ivoirien (Assinie, San Pedro) sont aménagées et disposent de complexes hôteliers de bon standing et de grande qualité pour accueillir les touristes ;
  • le tourisme religieux : les principaux attraits de ce tourisme sont notamment la Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro, les mosquées séculaires du nord, le sanctuaire de Toukouzou Hosalem, etc.
  • le tourisme thématique ou culturel : la diversité ethnique de la Côte d’Ivoire est source de richesses culturelles. Il est motivé par l’existence d’infrastructures culturelles (musées, écoles de danses ou centres artistiques, centres culturels), de manifestations culturelles et de circuits de tourisme culturel ;
  • le tourisme d’affaires et de congrès : il est motivé par l’existence d’infrastructures de conférences et de congrès, et des opportunités d’affaires ;
  • le tourisme de loisirs et de divertissement : il existe différents espaces de divertissement en Côte d’Ivoire et particulièrement à Abidjan, Bouaké, Daloa et Yamoussoukro ;
  • le tourisme sportif : le golf a longtemps constitué un vecteur du tourisme sportif. La Côte d’Ivoire offre des opportunités pour la pêche sportive au large de ses côtes, notamment dans le sud-ouest ;
  • Le tourisme gastronomique : les maquis, restaurants de spécialités ivoiriennes sont très prisés (des plus simples aux plus sophistiqués) et existent sur toute l’étendue du territoire.

Les ressources culturelles

Les ressources culturelles se composent essentiellement de sites et monuments culturels à vocation touristique et du patrimoine culturel (rites, us et coutumes,…).

Ce patrimoine comprend un volet immobilier exploitable à des fins touristiques. Ce sont :

l’habitat traditionnel : il correspond aux constructions typiques réparties sur le territoire selon les aires culturelles. On distingue plusieurs styles de construction selon la carte culturelle et géographique du pays. Au nord-est, nous avons les Soukala Lobi; à l’est, ce sont les palais royaux de l’Indénié de styles architecturaux très anciens avec des figurines et des symboles ; à l’ouest, on trouve des cases rondes avec des décorations murales ; au nord, on trouve également des cases rondes et des mosquées de type soudano-sahélien dont la plus représentative est la grande mosquée de Kong. Au nombre de 20 actuellement, les mosquées de Bouna, de Sorobango, de Kouto, de Tengrela, de M’Bengué, de Nambira, de Tienangboué, de Katogola et de Kong sont des reliques d’un type d’architecture en péril ;

les sites archéologiques : plusieurs sites ont été mis à jour. Il s’agit de sites témoins de la période préhistorique localisés à Anyama, des sites mégalithiques de Gohitafla, du site néolithique d’Ahouakro près de Tiassalé, des sites de la Bété et des sites des îles Ehotilés ;

les monuments d’art : ce sont des monuments d’art contemporain, des œuvres artistiques de grande taille érigées à des intersections et qui représentent d’illustres personnalités, des fresques sur les réalités du peuple ivoirien.

En outre, de grandes manifestations culturelles constituent des attraits touristiques indéniables. Ce sont le MASA, le Popo Carnaval de Bonoua ; le Carnaval de Bouaké ; l’Abissa de Grand- Bassam ; le Tchologo Festival de Ferkessédougou ; le Katana festival de Korhogo ; le FestiWêh ; le Guéhéva festival de Man ; le Dipri de Gomon ; le festival Litêtêfê de Sinfra ; les Fêtes de l’igname ; les Fêtes de Générations etc.

Des circuits diversifiés et complémentaires

Les produits offerts par les professionnels du tourisme concernent essentiellement des circuits diversifiés et complémentaires :

Le circuit des danses traditionnelles : Gagnoa, Daloa, Bouaflé, danses Dida et Bété, le Sabré à Issia.

Le circuit Poro : Korhogo, Boundiali, Ferké, Kong, Katiola.

Le circuit des masques : Daloa, Man, Odienné, Boundiali, Korhogo, Bouaké la fête des masques à Guiglo, Danané. Les vieux villages de Biankouma et Gouessesso, Bouaflé (la sortie des masques Zaouli).

Le pays Baoulé : Au pied du mont Rombo-boka, subsistent encore les puits d’où provenait l’or qui a permis la prospérité des Baoulé et favorisé l’essor d’un artisanat très raffiné : les pagnes tissés, poids Akan, statuettes de fécondité et masques en bois sculptés, bijoux en or.

Yamoussoukro, village natal du Président Houphouët-Boigny est un pari architectural d’avant garde : marbre rose de l’hôtel Président qui domine l’un des plus beaux parcours de golf du monde. De grandes écoles aux lignes futuristes. La Basilique Notre Dame de la Paix, superbe joyau architectural, est une première mondiale par les technologies utilisées, ses immenses vitraux à l’ancienne. C’est un haut lieu de foi et une attraction pour les touristes.

Le pays Sénoufo : C’est la région dite de l’harmonie réglée par le Poro. Hors de l’enceinte du bois sacré, c’est l’apparition de masques extraordinaires, accompagnés du son mélodieux des balafons. Mondialement renommé, l’artisanat Sénoufo est riche de ses toiles peintes de Korhogo, de ses masques polychromes et de ses poteries.

Le pays Yacouba  le pays des Yacouba ou Dan en région montagneuse. Man, la ville des 18 montagnes repose dans un écrin de verdure et de cascades, avec ses fabuleux ponts de lianes dont la réalisation reste encore inexpliquée. Les curiosités concernent la fascinante secte du Gor avec ses grands initiés qui ont le pouvoir de se rendre invisibles ou de se métamorphoser en léopards, les hommes masqués qui virevoltent sur d’immenses échasses. Pagnes tissés, vanneries, sculptures sur bois, masques Dan, pour collectionneurs avertis, sont les principales productions artisanales du pays Yacouba.

Le royaume Agni : Les artisans Agni réalisent les tapisseries stylisées (Abengourou), des statuettes, des pagnes richement tissés. Abengourou, Zaranou (première capitale du royaume Agni), Tanguelan (l’école de féticheuses la plus renommée du royaume Agni).

Les parcs, réserves et aires protégées

Les ressources naturelles exploitables à des fins touristiques sont immenses en Côte d’Ivoire. En attestant les nombreux sites hydriques tels les cascades et autres plans d’eau.

Le potentiel faunique, très varié, est l’un des plus importants de l’Afrique de l’Ouest. On dénombre huit parcs nationaux et près de trois cent (300) réserves naturelles de plusieurs types dont quinze réserves botaniques. Six (06) zones protégées sont inscrites à la convention de RAMSAR, trois (03) sont au patrimoine mondial de l’UNESCO et deux sont des réserves de biosphère.

Au nombre des aires protégées:

le Parc national de la Comoé créé en 1968, couvrant 1 149 450 hectares se trouve dans la savane soudanienne près de Bouna ;

le Parc national de Taï créé en 1972, couvre 350 000 hectares et est classé patrimoine mondial de l’UNESCO. Il se trouve dans la forêt sempervirente dans la zone Soubré-Taï et est prolongé au nord par la réserve de faune du N’Zo (70 000 hectares). Il est surtout axé sur la préservation de la forêt primaire (forêt vierge).

le Parc national de la Marahoué créé en 1968, s’étend sur 101 000 hectares dans la zone de transition forêt-savane à Bouaflé ;

le Parc national du Mont Péko créé en 1968 et s’étendant sur 34 000 hectares est surtout réputé pour sa végétation : flore de montagne et forêt primaire (Biankouma) ;

le Parc national d’Azagny créé en 1981 couvrant 19 400 hectares, est situé au bord de l’océan à l’embouchure du Bandama, non loin de Grand-Lahou ;

le Parc national du Mont Sangbé, créé en 1976, d’une superficie de 95 000 hectares est entièrement situé en zone montagneuse (14 sommets de plus de 1 000 m dans les monts du Toura) ; il est giboyeux et abrite une flore particulière ;

le Parc national du Banco créé  en 1953, s’étendant sur 3 200 hectares, est situé aux portes d’Abidjan; il est un exemple de forêt primaire avec des acajous, des framirés, des avodirés et des niangons, espèces devenues très rares ;

le Parc national des îles Ehotilé, un parc marin créé en 1974 et situé sur la lagune Aby à l’Est d’Abidjan, couvre une superficie estimée à 550 hectares et présente un intérêt particulier pour les recherches historiques et archéologiques. Cette offre originelle est soutenue par une offre dérivée ;

la réserve de faune d’Abokouamékro créée en 1993, couvrant une superficie de 20 430 hectares, est située en forêt sèche dans la région de Yamoussoukro ;

la réserve de Dalhia Fleurs créée en 2007, couvrant 176 hectares, est située en forêt claire dans la région d’Abidjan ;

la réserve de Faune du Haut Bandama créée en 1973, couvrant une superficie de 123 000 hectares, est située dans la savane guinéenne à Katiola ;

la Réserve Scientifique de Lamto créée en 1968, couvre 2 585 hectares dans la zone de transition forêt-savane à Toumodi ;

la Réserve Naturelle Intégrale du Mont Nimba créée en 1944  couvre 5 000 hectares dans la forêt de montagne à Danané.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Free WordPress Themes